Les interruptions volontaires de grossesse (IVG)

Les différentes méthodes

L’IVG médicamenteuse est pratiquée par votre sage-femme à Pibrac, un médecin généraliste ou encore un gynécologue-obstétricien. Elle ne nécessite ni anesthésie, ni intervention chirurgicale. Son taux de succès est d’environ 95 %. Elle est pratiquée dans un établissement de santé ou à domicile.

L’IVG chirurgicale (IVG par aspiration) est obligatoirement pratiquée en établissement de santé, par un médecin. L’IVG chirurgicale consiste à aspirer l’œuf. Pour cela, il faut dilater le col de l’utérus afin que le médecin puisse introduire une canule reliée à un dispositif permettant d’aspirer son contenu. L’intervention dure une dizaine de minutes et se déroule dans un bloc opératoire sous anesthésie locale (seul le col de l’utérus est endormi) ou générale. C’est le médecin qui déterminera, avec vous, le mode d’anesthésie le mieux adapté à votre situation.

Les délais

Il existe deux méthodes différentes d’interruption volontaire de grossesse : l’IVG médicamenteuse et l’IVG chirurgicale. L’IVG médicamenteuse peut se pratiquer dans un établissement de santé ou à domicile. L’IVG médicamenteuse est praticable à la maison jusqu’à 7 semaines d’aménorrhée (SA) soit 7 semaines après le premier jour des dernières règles ce qui équivaut à 5 semaines de grossesse. L’IVG médicamenteuse a un délai plus important : 9 SA soit 7 semaines de grossesse si elle s’effectue au cours d’une hospitalisation dans un établissement de santé. L’IVG chirurgicale peut être pratiquée jusqu’à la fin de la 12ième semaine de grossesse soit, 14 semaines d’aménorrhée, 14 semaines après le début des dernières règles.

Notre cabinet

Votre sage-femme Lucie Giordano vous propose les IVG médicamenteuses à la maison jusqu’à 7 semaines d’aménorrhées. Contactez-nous !